Résidences

Appel à résidence 2018

***** Scroll down for English *****

L’invention des formes de représentation à l’ère de la mondialisation

Résidence d’Artiste et de Chercheur 2018

Appel à participation

Ce programme a pour objet la création d’un échange interdisciplinaire et intergénérationnel entre l’exercice de la recherche et les pratiques artistiques sur la question de l’invention des formes de représentation à l’ère de la mondialisation. Sa première intention est de questionner la démarche conventionnelle de production de connaissances qui, dans l’ensemble, marginalise les arts, en leur qualité heuristique, dans les sciences sociales et les humanités. L’idée principale est de susciter des débats dans le cadre d’une collaboration entre les artistes et le monde académique. Nous rechercherons des réponses artistiques et intellectuelles aux tensions qui émergent dans le sillage de la mondialisation contemporaine.

Dans un tel contexte de mondialisation, où les biens et les personnes interagissent entre eux, artistes et intellectuels partagent le besoin d’élucider les contradictions de notre monde afin de mieux représenter et expliquer les nouveaux liens naissant entre les personnes et les objets. Ils s’accordent également sur la nécessité de sortir du confort intellectuel afin d’énoncer des propositions théoriques et méthodologiques inédites. Notre objectif est d’initier une collaboration entre le monde universitaire et les divers mouvements artistiques actifs en France et à l’étranger, avec pour ambition de discuter les méthodes et les discours académiques traditionnels à travers des échanges sur les thèmes des identités, des entités collectives, des individus, de la mobilité, du rôle social de l’argent et des sens du beau. Nous sommes particulièrement intéressés par les questions associées aux fractures émergeant de l’expansion occidentale et des formes d’opposition qu’elle rencontre à travers le monde. Notre hypothèse est qu’à la faveur de la mondialisation ces points d’interactions humaines prennent des formes inédites, dont l’exploration est propre à nourrir une (re)connaissance du nouveau monde qui s’invente sous nos yeux. Les créations artistiques, en tant qu’ « idées » et/ou « objets » à travers lesquels « le réel » est imaginé, représenté, reproduit, projeté, décrit, exploré, testé, éprouvé, etc., devraient jouer un rôle essentiel dans la (re)production des sociétés contemporaines et par conséquent, être à l’avenir plus centrales dans les pratiques académiques. La réflexion sur les formes sera considérée comme un outil minutieux d’interprétation dans la construction d’un système d’analyse, d’abstraction et de collection de données dans la recherche universitaire et l’enseignement.

Afin d’animer ce nouvel espace de dialogue, nous souhaitons y convier deux propositions complémentaires, l’une artistique et l’autre scientifique. Les candidatures sont individuelles, mais les deux lauréats devront effectuer leurs séjours dans la même période et s’engager à une collaboration intensive entre eux. Bien que les propositions soient individuelles, des candidatures conjointes (chercheur et artiste) peuvent être acceptées. Aucune discipline n’est privilégiée et, pendant leurs séjours, les deux invités participeront aux activités (séminaires, journées d’études et colloques) d’un environnement (Ehess, Paris) dynamique. Nous espérons que ces dialogues entre artistes et chercheurs aboutiront à la production de connaissances dans le domaine artistique et/ou scientifique. Les résultats de ce dialogue seront soumis au public. Nous encourageons particulièrement les candidatures venant des zones périphériques de la mondialisation.

Sont éligibles à ce programme tous les chercheurs ou artistes, sans conditions de discipline, d’âge, de sexe ni de pays d’origine. Dans cette première phase de sélection, les propositions sont recevables dans la langue du candidat. Toutefois, une connaissance pratique de l’anglais ou du français est nécessaire. Nous sommes également intéressés par des signalements de candidatures potentielles émanant de tierce personne.

La durée de séjour est de trois mois continu, de septembre à décembre 2018.

Le choix du thème et de la forme de l’expression de l’œuvre est de la responsabilité des candidats, mais le thème présenté devra être conforme à la thématique du programme.

Le programme versera à chaque lauréat sélectionné une allocation mensuelle.

Candidature et modalités de sélection

Le dossier de candidature doit comprendre:

  • Un texte conceptuel (3 pages maximum en format A4, interligne simple)

  • Une lettre de motivation (1 page en format A4 page)

  • Une courte biographie (pour les artistes et les chercheurs)

  • Une documentation sur les travaux artistiques antérieurs pour les artistes 

  • Une liste des publications pour les chercheurs

Les dossiers incomplets ne seront pas examinés.

Dans le cas des signalements par une tierce personne, une lettre de présentation argumentée et une courte biographie accompagnée d’exemplaires de travaux/œuvres du candidat potentiel permettra au comité de sélection de considérer cette candidature et d’inviter le candidat à compléter un dossier.

Les candidatures peuvent être envoyées par courrier électronique ou par voie postale classique. Tous les dossiers de candidature doivent être envoyés exclusivement aux adresses suivantes :

Email :

inventformes@gmail.com

Adresse physique :

InventFormes-Carasso

Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC)
EHESS – CNRS UMR 8177
105 boulevard Raspail,

75006 Paris

France

La date limite de réception des dossiers est fixée au 30 avril 2018

Les résultats seront connus le 30 juin 20018

Le comité de sélection composé à parts égales d’artistes et de chercheurs en sciences sociales et dans les humanités désignera parmi tous les dossiers reçus deux lauréats, un artiste et un chercheur.

La décision finale sera faite après un entretien avec le candidat pressenti.

The invention of forms of representation in the age of globalisation

Art and Research Residency 2018

Call for Participation

This programme aims to create an interdisciplinary and intergenerational exchange between research and art practices around questions concerning the invention of forms of representation in the age of globalisation. The primary goal of this programme is to interrogate conventional modes of knowledge production that, by and large, marginalise the arts and their heuristic properties, in social science and humanities. Our intention iis to stimulate a debate addressing all aspects of collaboration between artists and the academic world. We look for artistic and intellectual responses to the emerging and existing tensions at the age of globalisation.

In a context of globalisation, in which goods and people continuously intersect with one another, artists and intellectuals share the need to highlight the contradictions and new connections between these intersections and create better forms of representation. They also share the need to go out from well-known intellectual comforts and formulate unedited theoretical and methodological propositions. Our objective is to stimulate a collaboration between academia and different artistic streams, active in France and abroad, aiming to challenge traditional methods and academic discourses around the following themes: identity, collective entity, the individual, mobility, the social role of money and notions of beauty. We are particularly interested in topics that have emerged in response to the fractures created by the expansion of the western world, and specifically in forms of resistance to mainstream manifestations of the current globalised world. Our hypothesis is that the age of globalisation all points of human interaction create some unedited ‘forms’ that ask for new investigations. Artistic creations are the ‘ideas’ and the ‘objects’ through which the ‘real’ is imagined, represented, reproduced, projected, described etc. Accordingly, they should play a central role in the (re)production of contemporary societies and become more central in academic practices. With ‘forms’ here we refer to analytical tools of interpretation for the construction of a system of analysis, abstraction and data collection in research and teaching.

In order to stimulate this new space of dialogue, we would like to select two complementary candidates for this residency, engaged respectively in the artistic and the academic research. Although the submissions will be separated and independent, the selected people will be expected to take part in the residency during the same period and to work in collaboration with one another. Joined submissions (i.e. one artist and one researcher) might be accepted as long as each candidate will send a full application. No discipline will be privileged in the selection process. Over the course of their stay, the two successful candidates will participate in the activities of the EHESS, Paris – that is, to seminars, workshops and conferences. We hope that this dialogue between artists and academics will enrich the production of knowledge in the arts as well as academia. The outcome of this exchange will be submitted to the public. We particularly encourage submissions from the peripheral zones of globalisation.

All researchers and/or artists are eligible to apply to this programme, irrespective of discipline, age, sex or origins. In this first phase of selection, applications can be written in the candidate’s mother tongue. However, a working knowledge of English and/or French is necessary. We would also be happy to receive suggestions of possible candidates from third parties.

The duration of the residency is of three months, from September 2018 to December 2018.

The selection of the theme or the form of expression of the proposed work is open to the candidate’s preference. However, the work proposed must conform to the thematic of the overall programme.

The programme will provide a monthly living/production allowance to each candidate.

Submission and selection process:

Applications should consist of the following documents:

  • A conceptual text (of up to 3 pages in A4 format, single spaced)

  • A letter of motivation (1 page in A4 format)

  • A short biography (for artists and academic researchers)

  • A description of previous artistic works (for artists)

  • A list of publications (for academic researchers)

Incomplete applications will not be examined.

In cases where a third party would like to propose a candidate, a letter of presentation along with a short biography and some exemplars of previous work of the potential candidate will allow the selection committee to consider the candidature and invite the candidate to complete the rest of the proposal.

Proposals can be sent by email or by post to the following addresses:

Email :

inventformes@gmail.com

Postal address:

InventFormes-Carasso

Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC)
EHESS – CNRS UMR 8177
105 boulevard Raspail,

75006 Paris

France

The deadline for submissions is: 30 April 2018

The result will be announced on 30 June 2018

The selection committee, composed of artists and researchers from social sciences and the humanities, will select two projects, one proposed by an artist and one by an academic researcher.

The final decision will be taken after an interview with the selected candidates.

Avec le soutien de :

With The Support of Fondation Carasso.

Résidences

Résidents 2017

« Concrete Mirror » est une résidence d’art et de recherche conçue dans le cadre du projet « L’invention des formes de représentation à l’ère de la mondialisation ».

 

L’art est de plus en plus considéré comme le lieu de l’imminence ; selon Néstor García Canclini, il est « l’endroit où on aperçoit des choses qui sont sur le point de se produire ». Si, en effet, nous croyons que cela est vrai, quel pourrait être le potentiel d’une enquête de recherche située dans les interstices de l’art contemporain et de la pratique des sciences sociales? Comment une telle quête pourrait t’elle advenir dans ce qui se trouve juste au-dessus de l’horizon? De septembre à décembre 2017, l’EHESS et la Cité internationale des Arts de Paris accueillent une résidence d’art et de recherche où un anthropologue et un artiste mettront à l’épreuve le potentiel d’une telle collaboration, conçue comme une intersection productive de ces différents processus de recherche.

 

Le projet « Concrete Mirror »

Les lauréats de la session 2017, Alex Flynn, anthropologue et commissaire d’exposition, et Noara Quintana, artiste plasticienne, travailleront sur le projet «CONCRETE MIRROR» en association avec la diaspora brésilienne de Paris afin d’examiner comment les subjectivités et les interventions esthétiques se conjuguent pour prendre forme, contextualisées par la mondialisation, l’immigration et les changements politiques radicaux. À travers un programme d’activité basé sur un travail de terrain ethnographique, qui inclut des dialogues, des workshops et une installation, le projet cherche à créer une métaphore exprimant les modes distincts dans lesquels la forme est acquise, conquise, contre le mouvement qui cherche à l’immobiliser. En oscillant entre la flexibilité et la sédimentation, la France et le Brésil, l’anthropologie et l’art contemporain, le projet crée ainsi un dialogue horizontal intense entre des processus de recherche partageant des similitudes tout en restant conscients des singularités importantes qui les opposent.

En considérant trois domaines de création, le programme de séminaires place les praticiens des arts et des sciences sociales en situation de dialogue, en particulier sur les questions relatives aux histoires passées sous silence, à l’appartenance autochtone, à la décolonialité, et aux relations entre esthétique et politique. Il s’intéressera aux domaines suivants :

  • Un intérêt particulier est porté sur la façon dont le discours sur ces sujets peut être rendu plastique ou autrement concrétisé, et comment et où la production de connaissances peut se produire, ou être reconfigurée, à travers des expositions (non) matérielles.
  •  Un deuxième domaine de production développe un intérêt pour les questions du Sud Global et tente de s’éloigner de l’objectivation des participants à la recherche, en s’engageant dans un processus de co-création de sens avec des acteurs de la diaspora brésilienne. Noara et Alex convieront les membres de la communauté brésilienne à participer à des ateliers de sculpture collaboratives au sein de la Cité.
  •  Les résultats de ces rencontres seront ensuite réfléchis sur le troisième domaine de production, l’exposition.

En travaillant constamment entre les éléments processuels de l’anthropologie et la recherche sur l’art contemporain, le projet dépasse l’art comme accessoire méthodologique ou illustratif pour les sciences sociales, et engage plutôt les genres particuliers de savoir et d’éthique proposés par l’art contemporain.

 

Les lauréats

Alex Flynn est anthropologue de l’Université de Durham, Royaume-Uni. Ses recherches portent sur l’art contemporain et la mobilisation sociale au Brésil, en particulier sur la production de connaissance, les interventions artistiques à connotation activiste et les horizons utopique. Alex est l’auteur des livres «Anthropology, Theatre and Development» (Palgrave, 2015) avec Jonas Tinius et «Claire Fontaine: em vista de uma prática ready-made» avec Leonardo Araujo, et est le co-fondateur du network Anthropologies of Art [A / A], une plateforme qui cherche à développer les perspectives contemporaines sur les interstices qu’offrent les domaines de l’art et l’anthropologie. Alex est également lauréat du trophée APCA 2016 de l’Association de Critique de l’Art de São Paulo pour son travail de commissaire à la Residência Artística Cambridge.

Noara Quintana est artiste visuelle brésilienne basée à São Paulo et à Berlin. À travers la pratique de la sculpture, de l’intervention et de la vidéo, son travail cherche à étudier la (dé)construction de paysages et à explorer le territoire frontalier situé entre la géométrie, la poétique et la politique. Elle est titulaire d’une maîtrise en arts visuels de l’Universidade Estadual Paulista de São Paulo, au Brésil, et elle a exposé au Museu de Artes de Ribeirão Preto, à la Galeria Gentil Carioca à Rio de Janeir,o et au Museu de Artes de Anápolis. Son projet de recherche le plus récent «Forma sob resistência» travaille les degrés variables d’inflexibilité et de plasticité de certains objets et matérialités ce qui génère un jeu symbolique entre les notions de liberté et conservatisme, entre mouvement et sédimentation. Cette recherche fait allusion à la situation politique actuelle du Brésil et aux menaces émergentes qui pèsent sur la démocratie à l’échelle mondiale. Elle a eu l’occasion d’exprimer cette perspective dans des résidences artistiques à BetOnest et à GlogauAir, respectivement en Brandebourg et à Berlin.